Équité intergénérationnelle : les jeunes libéraux font de la partisannerie sur le dos des générations futures

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

QUÉBEC, le 18 juin 2009 / La Commission des jeunes de l’Action démocratique du Québec (CDJ-ADQ) trouve regrettable l’attitude des jeunes libéraux en matière d’équité entre les générations. Invités cette semaine à s’opposer au projet de loi 40, les jeunes libéraux ont préféré faire de la partisannerie politique. Le projet de loi 40, qui vise à suspendre la loi sur l’équilibre budgétaire, a été reporté à septembre hier par le gouvernement Charest.

Lundi dernier, les jeunes adéquistes ont joint leur voix à l’organisme Force jeunesse pour dénoncer le projet de loi 40, chose que les jeunes libéraux ont refusée de faire. « Les jeunes libéraux doivent sortir de leur bulle. Tous les groupes jeunes se sont opposés à ce projet de loi, sauf eux. Même Force jeunesse, qui les avait déjà appuyés il y a quelques mois, se positionne désormais contre eux » affirme Martin-Karl Bourbonnais, président de la CDJ-ADQ. « Le fait que le projet de loi ait été reporté est une petite victoire pour les jeunes, mais encore une fois les jeunes libéraux ont travaillé à contre-courant. »

Par ailleurs, les jeunes adéquistes tiennent à rectifier les faits par rapport aux récentes sorties du président des jeunes libéraux. « Il a affirmé qu’on ne s’était pas positionnés avant le dernier budget, ce qui est faux car on a émis un communiqué le 14 mars dans lequel on leur demandait de réclamer avec nous le remboursement direct de la dette et de laisser tomber le Fonds des générations qui est inefficace. » affirme M. Bourbonnais. Jusqu’à maintenant, la proposition des jeunes adéquistes est restée lettre morte.

« Ils préfèrent faire de la politique plutôt que de nous donner une réponse intelligente. Les communiqués qu’ils ont émis cette semaine sont truffés de faussetés et on sent que les jeunes libéraux font passer la partisannerie politique avant les intérêts de notre génération. C’est déplorable car s’il y a un enjeu sur lequel l’esprit de parti devrait être laissé de côté, c’est bien l’équité intergénérationnelle » déclare M. Bourbonnais.

Une génération, une voix.

Dans le même ordre d’idée, les jeunes adéquistes ont dernièrement adopté un nouveau slogan : Une génération, une voix. « Plus que jamais, la Commission des jeunes de l’ADQ défendra les intérêts de notre génération. L’attitude des jeunes libéraux dans les derniers jours va à l’encontre de ces intérêts. C’est pourquoi je leur réitère notre proposition de se joindre à nous pour réclamer le remboursement direct et s’opposer au projet de loi 40 » conclut le président des jeunes adéquistes.

- 30 -

Source : Guillaume S. Leduc, Directeur des communications, Commission des jeunes de l’Action démocratique du Québec, téléphone : 1-800-370-3221 poste 229, courriel : gsleduc@adq.qc.ca

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »